double arrow

Texte 5


Francophonie: diversité culturelle

Le terme de «francophonie» apparut pour la première fois en 1880. C’est le géographe français Onésime Reclus (1837-1916) qui l’a employé pour désigner les espaces géographiques où la langue française était parlée. Il s’agit de l’ouvrage France, Algérie et colonies. On entend aujourd’hui par francophonie (avec une minuscule initiale) l’ensemble des peuples ou des groupes de locuteurs qui utilisent partiellement ou entièrement la langue française dans leur vie quotidienne ou leurs communications.

Le terme Francophonie (avec une capitale initiale) désigne plutôt l’ensemble des gouvernements, pays ou instances officielles qui ont en commun l’usage du français dans leurs travaux ou leurs échanges. Donc, on parle de deux réalités différentes selon qu’on écrit «francophonie» (peuples et locuteurs) ou «Francophonie» (gouvernements ou pays).

Grâce à son statut de langue officielle (ou co-officielle) dans quelque 51 Etats et 34 pays, le français reste le deuxième langue du monde sur le plan de l’importence politique. Même si, à l’exemple de l’anglais, il n’est pas la lanque maternelle de tous les citoyens dans la plupart des pays concernés, le français occupe des positions stratégiquees priviligées comme langue administrative, langue d’ensegnement, langue de l’armée, langue de la justice, langue des médias, langue du commerce ou des affaires, etc.

Si le français a d’abord été la première langue de la France, c’est parce qu’il a été celle du roi, c’est-à-dire celle du prince le plus puissant, celui qui possédait la plus grande armée et qui prélevait les plus forts impôts. Par la suite, si le français a été la première langue de l’Europe,et ce du Moyen Age jusqu’au 18 siècle, c’est parce que la France était le pays le plus peuple du continent, et que, par voie de concéquence, son monarque était le plus riche et le plus puissant. Ainsi, la cause première de l’expansion du français en Europe et en Amérique est d’ordre démographique, puis d’ordre économique et militaire. Cette observation pourrait, bien sûr, s’appliquer à l’histoire de l’anglais, mais aussi à celle de l’espaghole, du portugais, de l’arabe, du russe, etc.

L’implantation du français en Afrique et dans l’océan Indien (Réunion, Seychelles, Comores, etc.) est plus récente. A l’exception du Sénégal où des postes français ont été établis dès le 18 siècle, l’expansion de cette langue a commencé au 19 siècle avec de nouvelles conquêtes militaires, l’effort d’évangelisation et le développement de l’ordre scolaire. Il en est de même pour l’Océanie (Polinésie française, Nouvelle-Calédonie,Vanuatu,etc.)

En principe, la notion de français langue maternelle ne s’applique qu’à ceux qui le parlent en France(82%), au Canada (23,2%), en Belgique (41%), en Suisse (18,4%) et dans la principauté de Monaco (58%). Avec ces seuls pays, on ne compterait que 75 millions de francophones.

Cependant, bien qu’ils soient partout minoritaires, il faut dénombrer également les locuteurs du français langue maternelle dans les différents autres pays francophones répartis surtout en Afrique et en Océanie, mais présents aussi aux Antillas et aux États-Unis. Si l’on compte les véritables francophones d’Afrique (22 Etats), des Antilles et des États-Unis (1,7 million), d’Océanie, on compterait 109 millions de locuteurs francophones.

Le français est une langue d’ensegnement de grande importence dans le monde. En fait, son enseignement aux non-francophones consitue une donnée fondamentale dans le concept de francophonie. Là où le français a accquis le statut de langue officielle, de langue co-officielle ou de langue administrative, il est enseigné comme langue seconde; là où le français ne dispose d’aucun statut official, comme aux États-Unis, en Colombie, au Royaume–Uni ou au Laos, il est enseigné comme langue étrangère. Précisons que, dans les pays où le français est l’unique langue officielle, il est enseigné à tous les élèves dès le primaire. En tant que langue seconde, il est principalement enseigné au primaire, parfois au secondaire.

Sur le plan de la francophonie mondiale, on compte présentement plus de 145 millions de personnes scolarisées en français dans le monde, tous les secteurs d’enseignement réunis (langue maternelle, langue seconde, langue étrangère). En fait, jamais dans l’hisroire du français autant de personnes n’ont appris et parle cette langue. Le très net déclin du français langue seconde ou étrangère, qui avait commencé dans les années 1960, semble avoir été stoppé. Certains pays d’Europe (Finlande, Irlande, Norvège, Suède, Autriche, Bulgarie, etc.), du Proche-Orient (Égipte, Turquie, Israël, Émirats arabes unis,etc.) et d’Amérique (Brésil, Colombie, Pérou, États-Unis, Canada) connaissent présentement une très nette augmentation des élèves du français langue seconde ou étrangère.

Mais c’est en Afrique francophone et dans du Maghreb que la proportion des effectifs scolaires a le plus augmenté. La population des élèves scolarisés en français est passée de 8% (1960) à 33% (1981). Les prospectives pour l’an 2000 montraient une augmentation de 67% de scolarises en francais, tandis que l’augmentation de la population etait de 73%. Dans les pays du Maghreb (Algerie, Maroc, Tunisie), pourtant soumis a une politique d’arabisation pousses, la proportion des enfants scolarisés en français a déjà depassé les 40%. Bref, comme le français est enseigné dans la quasi totalité des États du monde, sa situation lui procure une dimension et une portée vraiment internationale après l’anglais.

Le français demeure la deuxième langue du monde sur le plan géopolitique avec 51 États dans 29 pays de langue officielle française (contre 59 États et 50 pays pour l’ anglais). Il constitue néanmoins, dans une cinquantaine de pays (52 États membres de la Francophonie), une langue administrative, d’enseignement, de la justice, des médias, du commerce ou des affaires et de l’armée. Le statut juridique du français ne se limite pas aux pays où le français est langue officielle ou co-officielle, mais aussi à un certain nombre d’États non souverains.

En Europe, le français est l’unique langue officielle en France, dans la principauté de Monaco et au grande-duché de Luxembourg. En Afrique, il est la seul lanque officielle au Bénin, au Burkina Faso, en Rèpublique central africaine, au Congo-Kinshasa, en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Guinée, au Mali, au Niger, à la Réunion, au Sénégal et au Togo.

En Amérique, il conserve ce statut dans les départements français d’outre-mer (DOM): Martinique et Guadeloupe, Saint-Pierre-et-Miquelon, Guyane française.

En Océanie, c’est dans les territoires français d’outre-mer (TOM) qui jouit de ce même statut: Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, les îles Wallis et Futuna.

Par ailleurs, le français est une langue co-officielle en Belgique, en Suisse, au Canada, a Haïti, au Burundi, aux Seychelles, au Tchad.

De plus, le statut juridique du français s’étend aussi à plusieurs États non souverains. Il est l’unique langue officielle dans la Communauté française de Belgique, dans la province de Québec, dans les cantons suisses de Genève, de Neuchâtel, du Jura et de Vaud.

C’est une langue co-officielle dans les cantons Suisses de Fribourg, du Valais, de Berne, dans la province du Nouveau-Brunswick et les Territoires du Nord-Ouest au Canada, dans le Val-d’Aoste en Italie, dans le territoire autonome de Pondichéry en Inde.

Si le français ne se place qu’au neuvième rang des langues les plus parlées dans le monde, il figure en cinquème position parmi les langues dites internationales, notion qui exclut des langues comme le chinois, parlé par 20,4% de la population mondiale, mais essentiellement à l’interieur des frontièrs d’un même pays. Le français est, avec l’anglais, la seule langue à être paru sur les cinq continents. Il est vrai que sa présence en Extrême-Orient est presque symbolique, avec moins de 400 000 francophones, pour la plupart âgés de plus de soixante ans, et concentres au Vietnam.

La 10 semaine de la langue française et de la francophonie qui a été du 17 au 24 mars 2005, est un temps fort pour fêter la richesse de la langue française en France et dans le monde. Au cours de cette semaine, chacun est invité à s’exprimer, à créer et à rêver. Personnalités, collectivités, associations, établissements scolaires, enterprises ou simples particuliers sont appelés à participer pour partager ensemble le plaisir de la langue.

Par Olga Chtaneva

Notes

1. à l’exeption - за исключением

2. anticiper - предворять, предвосхищать

3. canton m - кантон

4. centenaire - столетний

5. collectivité f - коллектив, общность

6. concept m - концепция, понятие

7. co-officielle - соофициальный

8. déclin du français – упадок французского языка

9. dimention f - размер, объем

10. DOM (Département d’Outre-Mer) – заморский департамент

11. données fondamentales - фундаментальные знания

12. favoriser - покровительствовать, благоприятствовать

13. francophonie f - франкофония, страны французского языка

14. grand-duché - великое герцогство

15. implantation f - установка, расположение

16. instance f - настоятельная просьба

17. locuteur m - говорящий

18. minoritaire - относящийся к меньшинству

19. minuscule f - строчная буква

20. pays concernés - заинтересованные страны

21. personnalité f - личность, индивидуальность

22. principauté f - княжество

23. puissant - многочисленный

24. quasi-totalité - почти все

25. récent - недавний, новый

26. TOM (Territoire d’Outre-Mer) – заморская территория

27. voie de conséquence - значительный путь


Сейчас читают про: